Historique 2017-07-17T16:12:43+00:00

TA TRIUMPH-ADLER :
UNE RÉFÉRENCE
DEPUIS 1896…

UNE ENTREPRISE CHARGÉE D’HISTOIRE

1896 …

1896 :  Création de Triumph Cycle Company par Siegfried Bettman

Fabricant de motos et de voitures, Triumph est un nom emblématique parmi les marques automobiles anglaises. Fondateur de l’entreprise, Siegfried Bettmann devient citoyen britannique avant d’être élu maire de Coventry en 1913. L’usine de Triumph est détruite lors du raid aérien dévastateur de la Luftwaffe sur Coventry en 1940. Un mémorial à Siegfried Bettmann existe aujourd’hui dans la ville où son usine était autrefois implantée.

1903 : Première moto Triumph

La première moto Triumph arrive sur le marché : une bicyclette motorisée à quatre temps avec un cadre renforcé.
Mais les infrastructures favorables à un développement de masse ne sont pas mises en place. Ainsi, l’usine Triumph renonce temporairement aux motos (jusqu’en 1907) et se concentre sur la fabrication de vélos, qui connaît une expansion. La production annuelle atteint bientôt les 20 000 unités.

1913 : Triumph se sépare de sa maison mère

Les machines à écrire Triumph sont devenues synonyme de qualité, tant en Allemagne qu’au-delà. 2000 machines à écrire de divers modèles quittent l’usine cette année. La plupart seront exportées en Russie, Italie et Argentine. En 1913, Triumph se sépare de sa maison mère anglaise.

1929 : Triumph devient la première entreprise de machines à écrire à mettre en place la fabrication en série

Une nouvelle gamme de petites machines à écrire est lancée. Les départements Développement, Commercial et Marketing travaillent conjointement avec la société Adler. Les machines à écrire Triumph standards sont légèrement modifiées pour être vendues sous la marque « Adler ».

1950 : Triumph modernise ses machines à écrire et lance le modèle MATURA

Triumph exploite un nouvel axe de développement avec ses machines à écrire « Matura ».
Son design moderne et sa qualité inégalée en font la «Reine des machines à écrire», constituant à présent la référence pour le marché mondial. La «Matura» devient le produit phare des années 50.

1957: Grundig créé la marque “gabriele“

L’industriel Max Grundig achète le capital-actions de Triumph et utilise la marque pour prendre part dans les usines Adler de Frankfurt.
La production de motos et de vélos est interrompue. Triumph se concentre maintenant entièrement sur les machines de bureau. Une nouvelle génération de machines à écrire familiales prend son nom de la petite-fille de Grundig, « Gabriele ».

1971 : Lancement d’un des premiers ordinateurs de bureau, le TA 10 – dédié aux tâches de facturation et comptabilité avancées

L’invention du TA 10 est une étape importante dans la technologie bureautique moderne.
L’ordinateur de bureau TA 10, utilisé pour la facturation et la comptabilité avancée, rencontre très vite un énorme succès commercial. C’est l’entrée dans l’édition et le traitement de texte modernes.

1994 : TA Triumph-Adler devient une holding de taille moyenne

Un consortium d’actionnaires rachète TA Triumph-Adler et crée une holding de taille moyenne.
L’activité principale de la holding reste la bureautique, qui couvre la vente et la maintenance des systèmes de copie et de télécopie.

1999 : Rachat de la société UTAX – focalisation des activités sur la copie, l’impression et le fax

TA Triumph-Adler rachète UTAX GmbH et effectue une réorganisation complète du groupe – orientation de ses activités vers la communication de bureau et l’industrie de l’image: copie, impression et télécopie.

2004 : Introduction de la marque TA Triumph-Adler en France

Les produits de la gamme, jusque alors distribués en France sous la marque UTAX, sont maintenant proposés sous la marque TA Triumph-Adler.

2010 : Introduction de la marque TA Triumph-Adler en Belgique

TA Triumph-Adler développe ses activités sur le territoire Belge, étendant ainsi son marché au Benelux.

1901 :  Production de 100 vélos par jour

L’équipe Triumph s’affiche fièrement.
Les journées de travail s’étendent de 6 heures à 22 heures. Environs 100 vélos sont fabriqués chaque jour. Afin de booster les ventes, un vélodrome est installé sur le site de l’usine. Du plus jeune au plus vieux, tous peuvent venir apprendre à faire du vélo. Selon le design, les bicyclettes peuvent coûter entre 300 et 500 marks – soit plusieurs mois de salaire pour certains employés.

1909 : Rachat d’une entreprise de machines à écrire

Triumph rachète les actifs d’une société de machine à écrire de Nuremberg en liquidation, et relance avec succès le modèle “Norica” revu et amélioré.
Peu de temps après arrive le nouveau modèle “Triumph 1”, une machine à écrire de bureau dernière technologie. En 1911, la société change de nom et devient “Triumph Werke Nürnberg AG”.

1920 : Triumph lance la première moto 2 temps

Triumph établit de nouvelles normes avec ses légendaires « Knirps », la première moto allemande avec un moteur deux temps.
Légèreté économie et puissance – ce sont tous les avantages de cette machine compacte. Le Knirps, pratiquement indestructible, devient le moyen de transport phare des années 1920.

1932 : Lancement de la moto à succès des années 30 : la KV200

Triumph est l’un des principaux fabricants de motos sur le marché allemand.
Pour les voitures et les motos jusqu’à 200 cc, pas besoin de permis de conduire. C’est sur ce marché que Triumph lance sa nouvelle KV 200. Cette moto à bas prix et non taxé est aussi puissant qu’utile devient très vite le succès des années 30

1953 : Triumph lance 2 motos à faible émission de bruit

Pour le 50ème anniversaire de la moto, Triumph lance 2 nouvelles motos : la “racy 200 cc Cornet » et la « beefy 350 cc Boss ».
Les deux machines offrent une puissance et une flexibilité exceptionnelles, combinées à un moteur silencieux. Ce nouveau concept rencontre un succès record sur le marché. Mais après 1953, la moto en Allemagne entre dans une période de crise. Les gens favorisent alors l’achat de voitures.

1958: Triumph s’associe à Adler, un fabricant de machine à écrire

L’alliance des forces de vente des entités Grundig, Electronic, Triumph et Adler (GTA) marque le début de la fusion entre Triumph et Adler.
Le développement, la production et l’administration sont encore des entités indépendantes, bien qu’elles travaillent déjà en étroite collaboration.

1985 : Triumph-Adler change de nom et devient TA Triumph-Adler AG

Une machine à écrire sur 6 vendues est de marque TA Triumph-Adler.
Les machines à écrire TA sont vendues sous les marques Adler, Imperial, Royal et Triumph. En 1985, la société change son nom en TA Triumph-Adler AG.

1996 : Pour ses 100 ans, TA Triumph-Adler créer sa fondation «Kinder in not», en faveur des enfants handicapés ou défavorisés

La Fondation est créée et dotée d’un capital de 1 million de deutschmarks.
La fondation a pour ambition le soutien d’enfants et de jeunes handicapés physiques ou mentaux se trouvant dans des besoins matériels ou intellectuels.

2003 :  Alliance stratégique avec la société Kyocera Mita

TA Triumph-Adler signe une alliance stratégique avec la société japonaise Kyocera Mita, qui acquiert une participation de 25% dans l’entreprise.
Kyocera est l’un des principaux fabricants mondiaux de copieurs et d’imprimantes laser. L’accès à la gamme de produits Kyocera, y compris la technologie d’impression ECOSYS peu coûteuse et respectueuse de l’environnement, offre à TA un avantage compétitif significatif.

2008 : TA Triumph-Adler récompensé pour sa stratégie de marque et son accompagnement clients

TA Triumph-Adler reçoit le «Best Marketing Company Award 2008».
Selon une étude de l’Université de Brême et de BBDO-Consulting GmbH, la stratégie marketing TA Triumph-Adler est au top vingt pour toutes les sociétés cotées en Allemagne. Le service à la clientèle exceptionnel fourni par TA Triumph-Adler Corporate Consulting GmbH apporte à la société le titre de «champions allemands de l’Allemagne 2008».

2016 : Introduction de la marque TA Triumph-Adler aux Pays-Bas

TA Triumph-Adler go ahead with its development in the Benelux countries by introducing the brand in the Netherlands.

LES TA FLASH

Solution HyPAS PinPoint Scan version 3

Plus de souplesse et d’efficacité pour cette nouvelle version de PinPoint ScanTM, solution HyPAS facile à installer et à prendre en main pour une gestion optimale des flux de numérisation de l’entreprise.

Fax Hub

Malgré des canaux de communication digitale de plus en plus présents, le fax est encore très utilisé par les entreprises, notamment pour les échanges d’informations sensibles.